Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /web/jeuxdepied/www/config/ecran_securite.php on line 379
Jeux de Pied, le site de One Eye Pied
Logo Businux

2.> De l’art séquentiel

Nous allons maintenant étudier à travers les relations mises en valeur dans cette première recherche, les particularités communes de la bande dessinée et du cinéma, en utilisant les concepts que nous avons développés pour l’occasion.
Nous venons de le voir, bande dessinée et cinéma sont associés selon des angles très variés, et parfois inattendus. Leurs points communs sont nombreux dans le fond et dans la forme, malgré le dénigrement de la bande dessinée, jugée peu noble par la grande majorité du public.

On retrouve ce mépris dans l’affaire de « l’Express ». Ce magazine effectue chaque semaine une liste des meilleures ventes littéraires. Celle-ci est très réputée et utilisée dans le milieu professionnel. Mais lorsque la bande dessinée rejoignit le classement, surpassant la plupart des best-sellers par la quantité d’ouvrage vendu, le public réagit très négativement. On mettait sur le même pied d’égalité le dernier Werber et « Dragon Ball Z » ! Pire, ce dernier se vendait mieux qu’une œuvre littéraire. Ce classement a vite cessé, sous prétexte que cela avait été une erreur de considérer deux médias différents dans le même classement. Pourtant d’autres magazines suivent toujours ce modèle. Il ne faut pas se leurrer : c’est bien le coté infantile présupposé par le support de la bande dessinée qui était rejeté, pas la forme.
Malgré l’intérêt que cela peut représenter, nous ne nous étalerons pas plus sur les relations de la bande dessinée avec le roman, même si la bande dessinée est souvent considérée comme le juste milieu entre littérature et cinéma. En effet, cela serait élargir notre réflexion sur un troisième niveau, car elle engloberait toutes les recherches précédemment effectuées sur la relation entre le cinéma et la littérature.

Nous allons donc maintenant nous attacher de façon plus théorique aux relations entre ces deux médias, à travers l’étude d’un concept les regroupant : la notion d’art séquentiel.
Ainsi nous mettrons en relations les valeurs narratives et temporelles de ces deux médias, pour comprendre comment fonctionne l’art séquentiel, comment passe-t-on d’un cadre à l’autre, en quoi deux supports ayant deux bases si différentes (espace et temps) font partis du même ensemble, et ce qui se passe dans cette espace temporel commun aux deux arts : l’interstice.

A une époque où Largo Winch [1] remplace les égéries de Dior, la bande dessinée acquiert enfin une reconnaissance (même si c’est à travers la série télévisée qui a été adaptée des albums, eux même adaptés de romans) qui l’élève dans l’esprit du public au même niveau que le cinéma. Peut-être verrons-nous donc bientôt plus d’études se faire sur la bande dessinée, et ce sera sûrement en s’appuyant sur les recherches bien plus avancées qui ont été faites sur le cinéma.



Tous les articles :

-2.1> Définitions

Art séquenquoi ?

-2.2> Juxtaposition d’images (2/3)

Grammaire et vocabulaire.

-2.3> Images fixes, images en mouvement (2/3)

Cadre statique et cadre dynamique.

-2.4> Lectures dirigées et imposées (3/3)

Nouveaux médias, nouvelles lectures.

-2.5> Les espaces interstitiels (3/4)

Persistance rétinienne et cérébrale.